Des serveurs dédiés sur CoD WWII ?

S’il y a bien quelque chose que la communauté multijoueur de Call of Duty ne cesse de réclamer depuis des années, ce sont bien des serveurs dédiés. Jusqu’à présent, les différents opus de la franchise ont effectivement toujours fonctionné avec une part plus ou moins importante de peer-to-peer entre les joueurs. Même si le jeu fonctionne sur des serveurs, il reste en effet un résidu d’information hébergée chez l’un des joueurs qui la transmet ensuite chez les autres pensionnaires du salon. On assiste ainsi alors au fameux phénomène d’host avantagé et surtout de problèmes de stabilité en multi.

Chaque année, l’idée revient sur la table, les joueurs croisent les doigts et sont très souvent déçus du résultat. WWII ne déroge pas à la règle et de nouvelles spéculations ont été lancées suite à un tweet de Michael Condrey.

Un fan a habilement répondu au message du co-fondateur de Sledgehammer Games célébrant la fête des mères aux États-Unis : « Nos mères veulent que leurs fils soient heureux, donc ramenez des serveurs dédiés« . Un tweet auquel Condrey a sobrement répondu « Ok« . Il n’en fallait pas plus pour déclencher une nouvelle vague d’espoir et d’interrogations. Aurons-nous enfin droit à ces fameux serveurs dédiés sur COD ?

Pas de précipitation, l’affirmation se doit d’être nuancée étant donné que Call of Duty tourne déjà sur des serveurs dédiés depuis plusieurs années. Advanced Warfare, le précédent titre de Sledgehammer, avait été le premier à proposer une expérience hybride offrant plus de stabilité et beaucoup moins de migrations d’hôtes que sur ses prédécesseurs sans toutefois évoluer à 100% sur des serveurs.

Aujourd’hui les serveurs utilisés par Activision sont assez peu performants, plusieurs sources estiment leur fréquence de rafraichissement des données à 10 tickrate, le reste étant assuré par le peer-to-peer entre les joueurs. A titre de comparaison, Rainbow Six Siege amorce actuellement sa transition intégrale sur des serveurs à 60 tickrate, pour un jeu qui possède une population bien moins importante que celle de Call of Duty. C’est là que le bat blesse pour Activision, le passage à 100% sur un service dédié est un investissement massif pour l’éditeur qui devrait à priori passer sur des ressources beaucoup plus puissantes et en nombre suffisant pour accueillir la masse de joueurs.

Sledgehammer peut donc frapper un grand coup en proposant un service que les joueurs attendent depuis près d’une décennie mais restons prudent, il est probable que le système de Call of Duty : WWII reste le même que les années précédentes, sur des serveurs certes mais pas dans son intégralité. Il reste néanmoins une petite lueur d’espoir, pour la communauté compétitive notamment qui bénéficie depuis quelques jours de salons hébergés sur serveurs en Gamebattles sur Infinite Warfare. Attendons l’E3 pour en savoir plus.

 

%d blogueurs aiment cette page :